Vivre de sa passion sur internet ou ailleurs

Créer son emploi pour vivre de sa passion sur internet 💃🎸(ou ailleurs) : le guide d’une plaqueuse de job professionnelle ✨

Quel salarié, qui tourne en rond dans son job, ne s’est pas demandé un jour, s’il ne pourrait pas devenir son propre patron ? De plus en plus de personnes créent leur emploi avec le but de vivre de leur passion. Si vous avez cliqué sur cet article, peut-être vous posez vous actuellement la question de créer votre propre emploi.

Mais entre le moment où vous allez envisager de quitter votre job et le jour où vous allez réellement le faire, à peu près 12 000 questions vont vous traverser l’esprit :

  • Est ce que c'est trop risqué ?
  • Est-ce que je vais avoir le droit au chômage ?
  • Comment dois-je m'y prendre pour avoir des droits Pôle Emploi?
  • Est-ce que je suis légitime pour vivre de ma passion ?
  • Est-ce que je vais être soutenu ?

Et je passe le 11 995 autres qui ne manqueront pas d’apparaître au moment voulu.

Commençons déjà par débroussailler le plus important pour que vous y voyez plus clair.

Découvrez comment trouver des clients grâce à internet

Formation vidéo gratuite de 40 minutes

Obtenir ses premiers clients sur le web

Oui, vous pouvez vivre de votre passion et créer votre emploi

Voilà une super nouvelle, non ? Vivre de sa passion est un droit qui est offert à tous. Vous pouvez même aspirer à quelques aides (vraiment bienvenues) si vous vous y prenez correctement. Et ce sera le cas si vous lisez bien cet article jusqu’à la fin.

Aujourd’hui il est donné à tout le monde de créer son entreprise, aussi petite soit-elle. Merci le statut de micro-entreprise ! 😉 C’en est presque facile, si on oublie les 2-3 complications fiscales et comptables. Dites-vous que si j’y arrive alors que j’avais 5 de moyenne en math au lycée, c’est à votre portée également. 😉

Avoir envie de changer de vie

A vrai dire, je pense que la seule condition pour créer son emploi et réussir à en vivre, c’est une bonne grosse envie de changer de vie, qui prend aux tripes. Du moins, il faut avoir envie d’améliorer l’existant. C’est ça qui va vous donner le courage de gravir une à une les marches de l’entrepreneuriat. Il est primordial de vous tenir à vos objectifs pour un jour espérer vivre de votre passion. La réussite n’est au final qu’une somme de petites actions.

Je ne connais personne qui ce soit dit : “je plaque tout et je vis de ma passion” sans avoir eu un déclic. Que ce soit un job ennuyeux à mourir, un patron irrespectueux, un burn-out, ou tout simplement l’envie de réaliser un rêve de gosse. Après tout, si vous vous sentiez épanoui dans le salariat, il n’y aurait pas de questions à se poser.

Si je vous parle de ça, c’est parce qu’il vous faudra réaliser que devenir son propre patron n’est pas une mince affaire. C’est chronophage et ça nécessite un peu d’organisation. Sauf si, passer 6h sur un truc qui n’en nécessite que 2 est justement votre plus grande passion… 😅

S’accrocher aux “pourquoi” comme une moule à son rocherf

Une entreprise née d’un déclic, qui est, à l’origine, une somme de “pourquoi” :

  • Pourquoi vous voulez être votre propre patron
  • Pourquoi ce secteur d'activité précisement
  • Pourquoi cette technique de vente et pas une autre

Bref, vous comprenez le principe. 🙂 Ce sont ces “pourquoi” qui vont vous aider à tenir dans le moment les plus fastidieux. Comme le lancement par exemple… Alors, oui, vous allez être tout feu tout flamme. Puis, une fois réalisée le travail qu’il vous reste à abattre 

avant d’ouvrir boutique, vous aurez bien besoin de repenser à tout ces “pourquoi”.

Ce sont des sortes de mantra qui doivent raisonner en vous. Vous devez y répondre avec honnêteté envers vous-même.

Donc si vous êtes plein de motivation et que vous savez pourquoi vous vous lancez, vous êtes sur le bon chemin.

Maintenant, je vais tenter de vous épauler sur une autre problématique qui revient souvent chez les personnes qui veulent créer leur emploi. Cette problématique n’est pas des moindres, puisqu’il s’agit de quitter votre travail actuel.

Quitter son emploi actuel pour ouvrir son entreprise

Plaqueuse de job aurait presque pu être mon métier. En 2017, j’ai quitté 2 postes en l’espace de 6 mois. La première fois, je suis partie pour un autre poste. La seconde, j’ai quitté un CDI sans rien pour assurer mes arrières. Je conçois que ce ne soit pas aussi simple pour tout le monde. Quitter un emploi représente un risque qu’il convient de mesurer.

Option 1 – rester en poste

Pour lancer votre entreprise, vous n’êtes pas obligé de quitter votre emploi actuel. A moins que ce dernier devienne un véritable poison pour votre santé.

Vous pouvez choisir de rester en poste le temps de vous lancer et de constituer une clientèle. Cette technique permet de mettre des gardes-fou et de minimiser les risques. Notamment si vous avez des enfants, un crédit ou des charges importantes.

Une fois que vous dégagez un chiffre d’affaires, ou même avant, vous pouvez demander un cumul d’activité. 

Je ne suis pas spécialiste de l’option “rester en poste” mais cumuler une entreprise et un emploi-salarié est tout à fait possible.

Il faudra tout de même vous armer de patience car vous n’aurez pas autant de temps que souhaité pour développer votre activité. A moins de négocier un petit temps partiel (souvent compliqué à obtenir).

Option 2 – quitter son CDI

Cette solution a pour avantage de vous dégager beaucoup de temps pour créer et lancer votre activité. Vous aurez aussi plus de temps, une fois lancé, pour faire votre promotion. Une activité utile et bénéfique qui est néanmoins très chronophage.

Alors, si vous optez pour cette option, il vous faudra veiller à conserver vos droits aux chômage. A moins d’avoir une bonne centaine de cochon d’Inde à rôtir histoire de vous nourrir le temps de faire du chiffre !

Il existe pour ça, deux options pour quitter son emploi et conserver ses droits aux allocations chômage :

  • Demander une rupture conventionnelle et compter sur la gentillesse de votre patron (ce qui implique de bonnes relations avec lui).
  • Faire un abandon de poste et vivre comme vous le pouvez jusqu'à ce que la procédure de licenciement prenne fin (ce qui peut traîner en longueur si votre patron veut vous enquiquiner).

La première option est tout de même largement préférable, bien que les deux ouvrent le droit au chômage.

Avant le calcul de l’ARE (votre droit au chômage), Pôle Emploi prend en compte la manière dont vous avez quitté votre ancien poste. 

Si vous étiez en CDD et que votre contrat est arrivé à terme, alors vous aurez très probablement le droit au chômage. Si vous êtes en CDI et que vous trouvez un accord à l’amiable avec votre employeur, ce sera le cas également. En revanche la démission ne permet pas encore de toucher l’allocation de retour à l’emploi.

Vous l’aurez compris, ce n’est pas gagné d’avance. Armez vous de patience et de vos meilleures vibes si vous choisissez la négociation.

En tout cas, si vous souhaitez être accompagné dans votre création d’entreprise gratuitement, il vous faudra être au chômage.

Comment créer son entreprise quand on n’y connait rien à l’entrepreneuriat ?

Alors ça, c’était ma grosse interrogation quand j’ai songé à créer mon propre emploi. Pour en avoir discuté avec des entrepreneurs et des personnes qui les accompagnent dans leur création d’entreprise, l’idéal quand vous vous lancez, c’est d’avoir un suivi.

Par suivi, j’entends, une pro sur qui compter pour répondre à toutes les questions re-lous sur la création d’entreprise. Et ça, je vous jure, ça n’a pas de prix.

Pour ça, il existe différents organismes qui pourront vous guider : CCI, BGE, couveuse.

Pour ma part, j’ai choisi la BGE et je viens juste d’intégrer la couveuse. Oui, à mes souhaits ! C’est quoi tout ces mots barbares.

La BGE, kesako ?

 

La BGE est une association, qui fonctionne sur un principe de rendez-vous dans un premier temps. Ça vous permet par exemple de :

  • Savoir si votre idée est viable
  • Mieux connaitre votre marché
  • Avoir des infos juridiques
  • Structurer votre offre
  • Prévoir vos charges
  • Fixer vos prix

Ils peuvent vous aider sur beaucoup-beaucoup de choses. Tout dépend de votre avancement par rapport à votre idée.

La couveuse d’entreprise

La couveuse d’entreprise, quant à elle, permet de tester son projet sur 6 à 18 mois. En gros, vous ne vous immatriculez pas pendant ce laps de temps. Vous vendez sous le chapeau de la couveuse. Bien sûr, ce que vous gagnez est à vous. Toutefois, l’argent reste bloqué jusqu’à la fin de votre contrat. Ça vous permet de toucher votre ARE pendant ce temps et mettre de côté votre chiffre d’affaires pour réaliser des investissements par la suite.

Pendant toute la durée de votre couvage, vous êtes aidés par un conseiller dans votre gestion, dans vos choix stratégiques etc. C’est un peu comme une école pour apprendre à devenir patron. 🙃

Ce serait se mentir de dire que créer son propre emploi n’est pas risqué. Mais même si, au final, ça ne fonctionne pas, vous aurez tellement appris et vous en sortirez tellement plus heureux que si vous n’aviez rien tenté… Bien entendu, il faut s’accrocher et persévérer parfois des mois pour que ça marche. Si vous voulez vivre de votre passion, ça peut vraiment en valoir la peine.

Et internet dans tout ça ?

Je ne pouvais pas vous écrire un article sur le fait de vivre de sa passion sans évoquer mon outil de travail principal : 🕸 le world wild web ! 💫

Tout plein de personnes comme vous à porter de clic

Vous comme moi, nous avons une chance, celle d’avoir à porter de main “le monde entier”. Même s’il faut savoir rester terre à terre et sortir un peu de chez soi pour échanger avec sa clientèle potentielle (oui, c’est mieux…)😜, Internet facilite drôlement la communication. Qui plus est, il réunit des milliers de communautés qui se fondent autour de points communs. C’est donc facile d’y partager ses passions. Ça en fait donc pour moi l’outil idéal pour créer son emploi ou du moins, le faire connaitre. 

Certes, on ne va pas demander à un menuisier de fabriquer des meubles en ligne… Quoi qu’avec l’imprimante 3D, on fait des miracles aujourd’hui… Mais on peut imaginer qu’il ouvre un blog pour parler de son métier, par exemple. 

Vous l’aurez compris, Internet ouvre le champs des possibles et à mes yeux. Il est presque impossible de faire sans. 

Vivre de sa passion grâce à internet

Si vous percevez tout le champ des possibles qu’offre internet, vous savez également que grâce à lui des personnes peuvent vivre de leur passion depuis leur canapé. Ça fait grosse feignasse dit comme ça mais c’est une réalité, qui personnellement me réjouit. Pas besoin d’être tiré à quatre épingles tous les jours pour satisfaire un patron. 💃 La liberté uuuultime ! 

En fait, les possibilités pour monétiser vos talents sont multiples et ce, grâce à un blog. Vous pouvez, par exemple, vendre des formations, des ebooks ou faire du coaching (en pyjama of course !).  

Créer son emploi est aujourd’hui à la portée de toute personne suffisamment courageuse et patiente. Les opportunités sont multiples à condition de s’organiser. Demandez-vous quelle est la meilleure solution selon vous pour vivre de votre passion. Quitter votre job actuel peut être une bonne idée si vous vous sentez étouffé ou déprimé en entreprise. Il s’offre à vous deux choix pour conserver vos allocations chômage. Soit la rupture conventionnelle, soit l’abandon de poste (attention tout de même si vous optez pour ça). Dans tous les cas, entourez-vous. C’est hyper-réconfortant dans les passages creux. Différents organismes pourront vous accompagner dans la création de votre entreprise. 

Vivez votre passion en créant votre propre job
Logo Pinterest

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le sur Pinterest

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Laure

Laure

Je suis la créatrice de My Web Story. Après avoir quitté un CDI de responsable webmarketing qui ne me correspondait pas, je me suis mise au défi : créer une entreprise sur internet, qui me ressemble et aider les entrepreneurs a en faire de même. 🤩

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *